cnes

kot
Please update your Flash Player to view content.

Une lectrice nous propose un drapeau pour la Guyane

A l'heure où la question du drapeau guyanais, et de sa représentativité redevient d'actualité, je vous transmets ce travail méconnu, mais parfois évoqué.
L'idée était de réaliser un symbole dans lequel toutes les communautés guyanaises pourraient se reconnaitre, quelque chose d'universel d'intemporel et de représentatif.

 

Les couleurs sont celles qui s'appliquent le mieux au pays: vert forêt, ocre latérite, et doré. On retrouve d'ailleurs les mêmes couleurs sur les armoiries anciennes; elles ont l'avantage, contrairement au vert-or-rouge, de ne pas être connotées ou liées à une seule population.
La partition en 4 cadrans symbolise les 4 directions cardinales et les 4 continents d'où sont issus les guyanais (Afrique, Amérique, Asie, Europe) ces 4 cadrans sont réunis par la croix dorée qui converge vers les armoiries traditionnelles: on y voit le symbole de l'union des communautés et du métissage de la société, de son ancrage dans une tradition ancienne, et enfin de la richesse du territoire de la Guyane.

Laure

Ndlr : nous vous livrons son texte brut, sans pouvoir pour le moment vous informer de l'origine de cette proposition

 

National – Le gel du barème des fonctionnaires, "c'est maintenant !"

Dans le cadre de la présentation de son plan d'économie de 50 miliards d'euros d'ici 2017, Manuel Valls a déclaré ce mercredi que les fonctionnaires devaient participer à  "l'effort commun" et confirmé un gel de leurs salaires. Alors qu'il n'avait pas donné d'échéance, la précision est arrivée plus tard dans l'après-midi : le point d'indice des fonctionnaires, qui sert de base au calcul des salaires et qui est bloqué depuis 2010, le restera jusqu'en 2017.

"Je sais ce que nous devons aux fonctionnaires (...) Nous leur devons notre reconnaissance. Cependant, la situation nous oblige à leur demander de participe à l'effort commun", a déclaré le chef du gouvernement, lors d'une allocution exceptionnelle qui s'est substituée à l'habituel point de presse du porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. 

Au début de l'année, alors Premier ministre, Jean-Marc Ayrault avait assuré que les économies prévues d'ici la fin du quinquennat ne se feraient  "pas sur le dos" des quelque 5,2 millions d'agents, dont les salaires sont gelés depuis 2010.

Au total, l'enveloppe sera répartie à hauteur de 18 milliards d'économies pour l'État, 11 milliards pour les collectivités locales, 10 milliards pour l'Assurance-maladie et 11 milliards pour les autres dépenses sociales.

La plupart des économies présentées sont soit le résultat de politiques déjà en place (comme la réforme des retraites), soit la reconduction de dispositifs existants (comme la poursuite du gel du barème des fonctionnaires). L'une des rares véritables annonces concerne le gel des prestations sociales, hors minima sociaux, jusqu'à octobre 2015.

"Nous ne pouvons pas vivre au-dessus de nos moyens", a martelé le premier ministre, qui a confirmé l'intention ferme de la France de ramener son déficit public sous la barre des 3 % en 2015 - il est aujourd'hui à 4,3 %.

 

Guyane – « Maroni 2014 », l’eau monte, monte, monte à l’Ouest…

Rassurez-vous ce n’est qu’un exercice organisé par la Préfecture et destiné à tester le plan ORSEC du Maroni ainsi que les capacités d’accueil d’urgence de la Guyane.

L’opération a débuté hier à Saint Laurent et à Saint Jean et, comme nous le rappelait le colonel Malaganne, adjoint au chef d’Etat-major interarmées : « Cet exercice est fondé sur un scénario fictif de crue exceptionnelle du fleuve à la suite de pluies torrentielles et d’un mouvement important de population vers le Nord ».

Débuté hier après-midi, il s’est poursuivi toute la nuit avec différents exercices simulant des évènements en relation avec le scénario global.

Chavirage d’une pirogue, hélitreuillage sur le Maroni, inondation du bureau de la PAF (Police de l’Air et des Frontières), accident de la circulation, mouvements de foule, rien ne sera épargné aux équipes en place.

C’est à la fois leur résistance physique mais également psychologique qui seront mis à l’épreuve.

Quelques 200 personnes (Pompiers, SAMU, Croix Rouge, Croix Blanche, Gendarmerie, Forces armées…) ont été mobilisées dont des pompiers venus du Suriname et deux observateurs mexicains actuellement en visite auprès des forces armées.

La réalisation de ce type d’exercices est suivi d’un retour d’expérience de toutes les entités ayant pris part à ces deux journées. Une restitution générale est prévue à la fin du mois de mai pour en tirer les enseignements et mettre en place les plans d’actions et les groupes de travail chargés de faire évoluer les savoir-faire. TM

Le plan ORSEC

Le terme Orsec est l'acronyme d'Organisation de la Réponse de SÉcurité Civile1, anciennement ORganisation des SECours.

La mise en place du plan Orsec permet l'organisation des secours sous une direction unique (DOS). Cette organisation s'inspire de l'organisation initiale de 1952 répartie en cinq services et adaptée à la nature et l'ampleur de l'événement :

-    Premiers secours et sauvetage, assurés par les Sapeurs-pompiers et les Associations de secours

-    Soins médicaux et entraide, assurés par l'agence régionale de santé et le Service d'aide médicale urgente (SAMU)

-    Police et renseignements, assurés par la Police nationale et la Gendarmerie Nationale

-    Liaisons et transmissions, assurés par le Service Interministériel Départemental des Systèmes d'Information et de Communication (SIDSIC)

-    Transports et travaux, assurés par la DEAL (Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement.

Pour mémoire, le plan ORSEC a été déclenché en juillet 2013 lors du tragique accident de car à Mana qui transportait des jeunes préparant les JMJ à Rio.

 

Guyane - "330 millions pour l'Education"

300 personnes ont défilé hier matin dans les rues de Cayenne à l'appel d'une intersyndicale en scandant "330 millions pour l'éducation". Une mobilisation en-dessous des espérances des syndicats. Ils estimaient à "plus de 30% le nombre d'enseignants en grève dans le 1er et le 2nd degré". La communauté éducative était soutenue par la CGPME, les pompiers et les chauffeurs de la RCT. D'ailleurs aucun bus de l'agglo ne circulait hier.

Les syndicats réclament le classement de l'académie en REP+, Réseau d'Éducation Prioritaire. Le Recteur, le Préfet et semble-t-il le Ministre de l'Éducation, Benoît Hamon, y sont favorables. Ils demandent également un plan massif de construction d'établissements : 500 salles de classes en primaire, 5 lycées et 10 collèges dans les dix ans à venir. "Ce plan permettrait enfin d'avoir des établissements à visage humain. Aujourd'hui la situation est explosive. Selon l'Insee en Martinique, on compte 152 encadrants pour 1.000 élèves contre 92 en Guyane. Pourquoi une telle différence ?"questionne Farouk Amri du Steg-Utg.

Une délégation a été reçue par la préfecture. "Nous avons demandé la tenue d'un conseil d'éducation national extraordinaire avec les élus des collectivités pour discuter du plan d'action. Nous attendons un échéancier avec des dates précises", résume Didier Dorlipo, secrétaire général du Se-Unsa. Des revendications qui visiblement ont été entendues. Ce plan d'action pour l'éducation devrait être intégré au pacte d'avenir pour la Guyane annoncé par le chef de l'Etat lors de sa visite en décembre.

"Tout le monde est d'accord pour dire que la Guyane a des défis à relever en terme de démographie, de transport, de logements, d'énergie et d'emploi. C'est à toutes ces questions qu'il faut répondre", dit le préfet, Eric Spitz. Une nouvelle rencontre entre le préfet, les présidents des collectivités et les syndicats est prévue pour le 15 mai. NM

 

Guyane – 5.540 projets d'embauche dans le privé pour l'année 2014

Hier, Anicet Loembé, le directeur de Pôle Emploi en Guyane, présentait les résultats de l'enquête Besoins en Main d'Oeuvre (BMO 2014), devant les acteurs de l'économie guyanaise et les structures en charge de l'emploi. Les administrations de l'Etat et les entreprises publiques n'ont pas été prise en compte dans l'enquête.

S'il y a plus d'établissements qui souhaitent réaliser des embauches : 36% sur les 1.600 réponses à l'enquête (réalisée en décembre 2013 auprès de 5.400 interrogés), un point de plus que la précédente enquête), les projets sont eux 4% moins nombreux qu'en 2013 (après trois ans de hausse).

La plupart des projets d'embauches se retrouvent dans les services (56%), puis viennent le BTP (24%), le commerce (10%), l'industrie (7%) et l'agriculture (3%). Si en 2013, 51% de ces projets étaient liés à des désirs de création de postes, ils ne sont plus que 21% en 2014, laissant la place au "surcroît ponctuel d'activité" ou à des "remplacements d'absence ponctuels/départs".

Si la grande majorité des besoins correspondent à un profil peu qualifié (agent d'entretien, ouvriers du gros œuvre…), Anicet Loembé rappelait que "des besoins dans l'encadrement supérieur ou intermédiaire existent" (360 postes estimés pour 2014). Les difficultés restent principalement liées à "des profils de candidat inadéquats" à 78%, et touche en particulier le secteur du commerce. Une "pénurie de candidat" est aussi évoquée à 59% par les entreprises interrogées, en raison d'un "déficit d'image" (secteur du BTP notamment)…

Les entreprises de moins de 10 salariés représentent 65% des projets d'embauches, tandis que les grosses structures (plus de 200 salariés) enregistrent un "net repli des intentions d'embauches".

Opcalia, partenaire de Pôle Emploi, a également réalisé une enquête auprès de ses adhérents, et a pu enregistrer une baisse des projets d'embauche, et en particulier pour l'alternance… malgré une prévision de hausse pour les budgets attribués à la formation. Une réflexion sera prochainement engagée à l'échelle nationale par le gouvernement… ES

 

Guyane – Les Présidents des Communautés de Communes des Savanes et de l'Ouest Guyanais élus

Hier, Léon Bertrand a été "logiquement" réélu à la tête de la CCOG face à Jean-Paul Fereira lors du premier conseil communautaire après les élections municipales. C'est donc reparti pour 6 ans pour le maire de St-Laurent, qui a fixé les enjeux de sa nouvelle mandature : l’aménagement du territoire, le traitement des déchets et la lutte contre le chômage grâce au développement économique.

Du côté des Savanes, c'est François Ringuet (nouveau maire de Kourou) qui l'emporte à 23 voix contre 11 sur Jean-Claude Madeleine, Président sortant et maire de Sinnamary. Le nouveau bureau et son président auront là encore à s'intéresser à la gestion des déchets, du foncier, et… du chômage. ES

 

Guyane – Le Maroni, théâtre d'une crue exceptionnelle…

Avec des figurants, des militaires mexicains, surinamais, français, de nombreux services de sécurité, de santé, et de logistique, pour un "exercice de grand ampleur" qui se tiendra aujourd'hui et demain sur le Maroni (St-Laurent et St-Jean) pour "tester le plan ORSEC DS, les capacités d'accueil d'urgence" et "consolider les liens entre les services français et surinamais"… Le Kotidien y sera pour toi, ô lecteur amateur de films catastrophe. ES

 

Page 3 sur 507

Please update your Flash Player to view content.

pyramides

Mentions légales - Contactez-nous - 

© 2012 Tous droits réservés KREOLSI - www.lekotidien.fr  / info.kreolsi@gmail.com 0694.90.16.28