kot
Please update your Flash Player to view content.

Etats-Unis – Affrontements suite aux obsèques de Freddie Gray, mort lors d'une interpellation de police

Manifestants et forces de l'ordre se faisaient face, lundi après-midi à Baltimore, dans l'est des Etats-Unis, suite aux funérailles de Freddie Gray, jeune afro-américain décédé après son arrestation par la police. 7 policiers ont été blessés pendant les événements.

Le groupe de manifestants "refuse de suivre nos ordres de dispersion. Plusieurs de nos policiers sont blessés", a expliqué la police sur les réseaux sociaux, parlant de manifestants "très agressifs et violents", munis de "bâtons, de briques, et d'autres armes".

Ces violences contrastaient avec le calme et la dignité qui ont marqué la cérémonie en hommage à Freddie Gray. Quelques 3.000 personnes, famille, amis et anonymes, étaient venues se recueillir une dernière fois autour du cercueil du défunt.

L'avocat de la famille, Billy Murphy, avait donné une tournure politique à sa déclaration : "Nous sommes ici pour Freddie Gray, mais aussi parce qu'il y a beaucoup de Freddie Gray. (…) Il y a une corrosion de la justice par ici", a-t-il asséné. Un écran à l'intérieur de l'église projetait le message: "La vie des Noirs compte et toutes les vies comptent."

Le flou demeure autour des circonstances de la mort du jeune Freddie Gray, décédé le 19 avril des suites d'une fracture des vertèbres cervicales, une semaine après son interpellation. En attendant que la police remette ce vendredi les résultats de son enquête au procureur du Maryland, qui pourra décider d'engager des poursuites, six policiers ont été suspendus.

 

 

Guyane – Accompagnez le Kotidien pour soutenir une jeune guyanaise et la création d'une série TV !

19 ans, de l'énergie à revendre, des rêves et des idées plein la tête, et un projet chevillé au corps que le Kotidien a décidé de soutenir ainsi que, nous l'espérons, vous lecteurs fidèles.

Salomé Jossin est une jeune femme de 19 ans qui a grandi à Macouria et dont l'histoire est peu banale. Plutôt (ou en même temps) que de jouer avec ses "barbies" et leur inventer une vie éphémère, Salomé a commencé dès l'âge de 10 ans à écrire son premier roman été publié en 2012 à l'âge de 16 ans, pas mal comme début non ? (Destiny, Juste un souffle – Melibee éd.)

Son bac en poche, la jeune femme a poursuivi ce qui n'est plus aujourd'hui un rêve mais bien un objectif qui est de faire des études pour devenir réalisatrice (et certainement toujours un peu auteure, scénariste…). Elle a intégré en 2013 l'EICAR à Paris (l'école des métiers du cinéma et de la télévision) sans oublier la Guyane puisque, un an après, elle s'est lancé dans un projet un peu fou (mais pas trop) et ambitieux (et pas trop non plus) qui est de réaliser une série fantastique qui se déroulera en Guyane et dont le tournage est prévu en juin ou juillet prochain. Mais pour réussir un tel pari on ne peut être seul et notre douce Salomé s'est donc entourée de 9 garçons, étudiants comme elle en 2ème année de l'EICAR. Ces joyeux et sérieux passionnés ont décidé, en partant d'un roman (non encore publié) de Salomé Jossin qu'ils ont adapté au format télé pour une diffusion prévue chez nos confrères d'ATG mais également en web série afin d'élargir son public à l'ensemble de l'hexagone.

L'histoire : Un jeune homme arrive de France métropolitaine pour suivre ses parents mutés en Guyane. Et c'est à travers ses yeux que le spectateur va découvrir progressivement deux communautés dont il ne soupçonnait pas l'existence et la malédiction d'un vieux prêtre amérindien…

L'équipe de tournage sera composée de l'équipe de la "Dream Team Compagny" (avec le G de Guyane) avec Salomé Jossin à la réalisation, tous les acteurs seront guyanais, il reste maintenant à … boucler le financement !

Réussir à produire et tourner un film c'est une aventure artistique et surtout économique…

Et c'est ici que les lecteurs du Kotidien entrent en scène pour accompagner la réalisation des 5 premiers épisodes de 26 minutes de cette série, Numéro 206, qui mêle le fantastique à la réalité en nous faisant voyager dans un monde hors norme où le paysage mène sa propre narration.

Salomé Jossin : "Nous souhaitons également mettre en avant le patrimoine guyanais ainsi que son histoire en utilisant des bâtiments emblématiques d'une Guyane plus ou moins actuelle, à l'image du "bagne des bagnes" qui recevait encore en 1938 les pires escrocs de France."

Le budget global de cette opération est de 25.000 euros (transport, achat de matériel audiovisuel, logement de l'équipe de tournage, réalisation, montage, acteurs…) et l'équipe de notre jeune réalisatrice guyanaise a fait appel à la fois à des aides (les dossiers sont en cours à la Région Guyane, les mairies de Macouria, Kourou et Saül) mais également à un site de financement participatif qui fait appel aux dons.

Votre contribution, à partir de 5 euros, vous offre une contrepartie qui va de votre nom au générique (5€) jusqu'à une citation comme coproducteur, une invitation à l'avant-première, un T-shirt et un dvd de la série (200€ et plus) voire même avoir votre nom donné à l'un des personnages et bien évidemment vous aurez chaque semaine une information sur l'avancement du projet dans les colonnes du Kotidien. Alors chers lecteurs ? On leur donne un petit coup de pouce à ces jeunes ? Il vous suffit de cliquer sur ce lien et de vous laisser guider. 

Nous vous donnerons régulièrement des nouvelles des financements obtenus et au cas où, malheureusement, le projet n'ait pas obtenu la somme nécessaire, vous serez intégralement remboursés de votre mise.

Nous parlons souvent de la jeunesse, (n'est-ce pas Farouk Amri ?), de ce que nous pourrions faire pour l'aider ou l'accompagner. L'occasion est belle et participera un peu plus à l'exposition positive de la Guyane dans et hors de ses frontières.

Personnellement j'ai apporté ma contribution hier, nous n'attendons plus que la vôtre…

Thierry MAQUAIRE 

Le financement participatif ou "crowdfunding" sur le web

Les bonnes idées ne se transforment pas toujours en projets... Faute d'investisseurs, de nombreux porteurs de projets de tous secteurs (high-tech, e-commerce, création artistique) ne peuvent franchir le pas de l'entrepreneuriat, ou plus modestement, concrétiser une idée « innovante ». Pour pallier cette difficulté et aider les indépendants, startups ou encore les associations à se lancer, les plateformes de financement participatif -ou de « crowdfuding -» ont essaimé sur le web.

Pour en savoir plus, retrouvez l'intégralité de cet article sur CommentCaMarche.com

 

 

Guyane – Les savoirs traditionnels amérindiens mis à l'honneur à Macouria

Samedi matin, de très nombreux élus (Conseil Général et Régional, communes, députés et sénateurs) ont répondu à l'invitation de Gilles Adelson, le maire de Macouria, pour inaugurer le "bâtiment des savoirs traditionnels amérindiens", situé sur la RN1 à quelques kilomètres de l'entrée du bourg de la commune (en venant de Cayenne). Etaient bien évidemment présents les membres du Conseil Consultatif des villages amérindiens (Palikur) de Macouria (Yapara, Kamuyeneh et Norino), et plusieurs chefs coutumiers venus de partout en Guyane.

L'occasion pour "le premier peuple de Guyane" de rappeler sa "volonté de faire partie intégrante de la Guyane". "Nous devons être respectés et non marginalisés" a demandé Roland Félix, vice-président du Conseil Consultatif. "Nous revendiquons notre existence, notre citoyenneté, notre guyanité !" a-t-il poursuivi, voulant passer un message "d'espoir à la nouvelle génération (…) lui donner les chances de réussir" en atteignant "les plus hauts niveaux de l'échelle sociale". Interpellant les élus : "nous vous demandons d'avoir un regard particulier pour notre peuple, pour votre peuple. (…) Ne le laissez pas mourir à petit feu."

Hommage fut rendu à Serge Adelson, l'ancien maire de la commune, qui avait initié le projet. Un espace de 218m² "construit en menuiserie locale", avec 10 boxes, un hall, une buvette et des sanitaires, qui permettront aux familles qui vendent le fruit de leur production (vanneries, bijoux, etc.) "d'obtenir les ressources nécessaires pour vivre" tout en "protégeant le patrimoine amérindien". "C'est une richesse pour la commune, pour la Guyane", "il faut que tout un chacun puisse participer au développement de sa commune" Macouria, et "être les garants de la transmission de ce patrimoine".

Le premier magistrat de la commune, Gilles Adelson, n'a pas tari d'éloges sur "ces artisans, ces artistes" pour lesquels "Macouria a décidé d'offrir ce bâtiment (…) adapté à leurs besoins". "Ce nouveau joyau du territoire" de 384.000 euros (co-financés par la Région et le FEDER), conçu "dans un souci d'harmonie environnementale (…) concourra au développement de la vannerie Palikur et sera accessible de jour comme de nuit" a déclaré le maire. "Nous avons eu la ferme volonté de rendre à cet art ancestral toutes ses lettres de noblesse" a-t-il poursuivi, avant de conclure à l'attention des nombreux jeunes amérindiens présents pour l'inauguration : "Une flamme a été allumée, soyez et devenez le flambeau de ce patrimoine. Vous êtes les gardiens de cette richesse".

Rodolphe Alexandre s'est lui aussi exprimé en faveur de la "reconnaissance des peuples autochtones" par la France, combat mené par l'ONAG à l'ONU. Il a reconnu "des défaillances vis-à-vis des infrastructures" pour ces peuples, et s'est engagé à leur apporter l'aide de sa collectivité (arrivée de la téléphonie mobile à Twenke et sur le Haut-Maroni par exemple). La Région avait initié la Journée des Peuples Autochtones de Guyane en 2011, à la date du 9 août.

Présentée par Phil Labonté, la cérémonie fut rythmée par de nombreuses danses traditionnelles, présentées par plusieurs groupes amérindiens, et auxquelles se sont joints les élus, ou encore par une impressionnante démonstration de Djokan, l'art martial guyanais, avant de dévoiler la statue qui marque l'entrée de l'espace, visible depuis la route nationale.

Galerie photos à retrouver ici  ES

 

 

Guyane – Après deux reports, mission finalement accomplie pour Ariane 5 !

Le vol VA222 devant mettre sur orbite deux satellites de télécommunications Thor7 (opérateur privé norvégien) et Sicral2 (programme militaire franco-italien) a finalement eu lieu hier, dimanche 26 avril à 17h. Après une demi-heure de vol, les deux satellites ont bien été placés sur orbite après une trentaine de minutes de vol.

Ce premier tir de l'année pour Ariane 5 aura connu deux reports, puisqu'il aurait initialement dû partir le 15 avril, puis le vendredi 24, en raison de problèmes techniques au niveau de l'étage supérieur. C'est le 64e succès d'affilé pour le lanceur européen, et le troisième lancement depuis le Centre Spatial Guyanais cette année, après un tir de Vega et de Soyouz.

 

 

Guyane – Dépassement du seuil de qualité de l'air

Particules du Sahara obligent, il était difficile de respirer de l'air propre ce weekend. Pour ce lundi, l'Observatoire Régional de l'Air (ORA) n'a pas communiqué d'information, mais à 15h hier, l'indice de qualité de l'air était de 10/10… Un dépassement de plus en plus fréquent depuis le début de l'année, et dont les "procédures d'information et d'alerte" font actuellement l'objet d'une consultation publique (sur le site de la DEAL) pour qu'un maximum de personnes - sensibles – soient tenues informées de la qualité de l'air en Guyane.

 

 

Un nouveau secrétaire général (de passage) en Guyane…

Thierry Bonnet, dont nous vous annoncions l'arrivée au poste de secrétaire général de la préfecture de Guyane en juillet 2013 (voir notre article : http://goo.gl/0EfzWQ), aura réalisé quasiment 2 ans sur le territoire, pour voguer désormais vers d'autres lieux… En l'occurrence, la Moselle, où il a été nommé sous-préfet de Thionville "par décret du Président de la République" peut-on lire sur legifrance.gouv.fr.

Il sera remplacé par un autre fonctionnaire de l'Etat, en la personne d'Yves de Roquefeuil, nommé sous-préfet hors classe, et donc secrétaire général de la préfecture de la Guyane. M De Roquefeuil était jusqu'alors sous-directeur adjoint aux ressources humaines au sein du secrétariat général du ministère de l'Intérieur.

En Guyane, il aura pour mission de gérer les personnels et les moyens de la préfecture, et d'organiser le vote pour la collectivité territoriale qui aura lieu en décembre. Le temps d'appréhender le fonctionnement du territoire, ses spécificités, et ses besoins, et il sera très certainement remplacé par un autre sous-préfet dans moins de deux ans…

 

 

Guyane – Les dockers ont repris le travail vendredi

Jeudi soir, les dockers du Groupement des Employeurs Manutentionnaire de Guyane (GEMAG) mettait un terme au blocage du port de Dégrad-des-Cannes, qui laissait présager de difficiles semaines pour le ravitaillement des étals des supermarchés… Le travail a donc repris vendredi matin, mais les tensions existaient toujours entre la direction et les grévistes. La cause : le déficit de la structure ne permettant pas d'augmenter de 2,5 à 3% les salaires, comme le souhaitent les salariés. Ceux-ci ont décidé de missionner un expert-comptable pour vérifier les comptes de leur employeur.

 

 

Page 3 sur 727

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir le Kotidien dans votre boite mail.
Les petites annonces avec Cyphoma

Please update your Flash Player to view content.

Chroniques RDI de Thierry Maquaire

Open in new window

Mentions légales - Contactez-nous - 

© 2012 Tous droits réservés KREOLSI - www.lekotidien.fr  / info.kreolsi@gmail.com 0694.90.16.28