kot
Please update your Flash Player to view content.

RDCongo – Chapeau bas, "Docteur Miracle" !

"Depuis quinze ans, je suis témoin d'atrocités de masse commises sur le corps des femmes et contre les femmes et je ne peux pas rester les bras croisés, car notre humanité commune nous invite à prendre soin les uns des autres." C'est avec ces mots simples que le gynécologue congolais Denis Mukwege, récompensé mardi par le prix Sakharov, expliquait en décembre 2013 son engagement au service de dizaines de milliers de femmes de son pays, victimes d'une violence indicible et qu'il aide à se reconstruire. 

Agé de 59 ans, le Dr Mukwege aurait pu rester vivre et travailler en France après ses études. Il a fait le choix de retourner dans son pays, la République démocratique du Congo (RDC), et d'y rester aux heures les plus sombres. Surnommé "Docteur Miracle" pour toutes ces femmes à qui son combat obstiné permet de revivre après l'anéantissement et l'humiliation, le médecin est devenu célèbre bien au-delà des frontières de son pays.

Depuis quelques années, ce colosse débordant d'énergie est régulièrement récompensé en Europe et aux Etats-Unis pour son action. Il se sert de sa notoriété pour témoigner d'une voix douce de son empathie pour ses patientes et dénoncer le viol qui, "utilisé comme une arme de guerre, (...) détruit le tissu social, entraîne une perte d'identité collective, détruit toutes les croyances".

Depuis le début de l'année, il a lancé un mouvement féministe masculin, V-Men Congo, et appelé à une "mobilisation générale" contre un nouveau fléau : les viols d'enfants et de bébés.

Chapeau bas, Docteur Miracle !

 

Le prix Sakharov "pour la liberté de l'esprit" est décerné par les présidents des groupes politiques du Parlement européen à des personnes ou à des organisations qui se battent pour les droits de l'Homme ou la liberté d'expression. Il est doté de 50 000 euros.

 

 

Politique ? – Sarkozy en jet, les Balkany en examen, et nos parlementaires emm… par le fisc

Qu'il est difficile de faire de la politique de nos jours ! Tandis qu'à gauche on essaye de faire oublier les épisodes Cahuzac/Thévenoud, à droite on s'embourbe toujours plus profondément dans les "affaires".

Cette semaine, que de nouveautés ! Nicolas Sarkozy aurait été vu dans des jets privés payés par son intéressé d'ami, Stéphane Courbit, et est "désormais" dans le viseur de la justice pour "recel et abus de biens sociaux" pour des voyages effectués fin 2012 et début 2013. Ah oui, dès que l'on voit le nom Sarkozy sur une facture, on a tendance à enquêter… Au total, ce sont pas moins de 11 affaires auxquelles est lié de près ou de loin l'ancien président de la République.

Enfin, laissons tranquille ce pauvre ex-président sur le retour, pour nous intéresser à un autre couple de ses amis : les non moins affairistes Isabelle et Patrick Balkany. Madame a dû s'acquitter d'une caution d'un million d'euros (rien que ça), pour retrouver sa liberté, alors que la justice enquête sur deux petites villas cachées au fisc à St-Martin et (peut-être) à Marrakech. Son époux la rejoint donc dans la fameuse liste des "mis en examen", puisqu'il a été entendu mardi au pôle financier de Paris pour – comme c'est répétitif… - "fraude fiscale" et "corruption".

Pendant ce temps, à l'Assemblée (où Thomas Thévenoud passe discrètement de temps en temps pour pouvoir signer sa feuille de présence…), et au Sénat, pas moins de 60 parlementaires auraient été épinglés par le fisc, affirme le Canard Enchaîné. Pris de court par la loi sur la transparence du patrimoine d'octobre 2013 ? Phobie administrative ? Pour la grande majorité, il s'agirait de petits arrangements avec la réalité, mais pour d'autres, en revanche, "ils sont quelques-uns à tenter sciemment de tromper l'administration" affirme un responsable de Bercy.

 

Oh vous me direz, "on a les responsables politiques que l'on mérite !" Cela signifierait donc que nous, français sommes à l'image de notre Parlement : 60 dans le collimateur de la justice sur 925 parlementaires, soit 6,5%.  4 millions d'entre nous chercheraient à frauder ou à profiter de notre position ? Le pire c'est que c'est crédible… Mais pour les 93,5% restants, qui perdent confiance mandat après mandat envers leurs représentants (même si parfois ils les réélisent dès le premier tour malgré les affaires), vers qui vont-ils se tourner ?

Au vu des sondages, ce n'est pas François Hollande (et la vision du socialisme de son gouvernement) qui fera l'unanimité en 2017. Et Nicolas Sarkozy, avec ses casseroles et ses bruyants amis, n'en finit pas de ternir l'image de la droite (dont une partie continue pourtant de l'acclamer dans les gymnases de province). Les écologistes ? Qui se soucie de la nature quand il a du mal à boucler ses fins de mois ?

Le pire dans cette affaire c'est que droite comme gauche continuent de flirter avec le populisme xénophobe de celle qui risque d'être la grande "gagnante" de la désespérance des français pour leurs responsables politiques…

Messieurs les politiques, vous qui devriez donner l'exemple, et qui vivez de nos impôts à tous (y compris ceux de vos collègues plus consciencieux), je ne vous dis pas merci ! ES

 

Quelles qualités pour être chef d'entreprise ?

La semaine dernière, nous avons vu les similitudes entre un chef d’entreprise et un chef d’orchestre et comment faire pour que la prestation/partition que vous allez exécuter, sera à la hauteur de vos ambitions et si les auditeurs/clients vont être contents.

Aujourd’hui, posons-nous la question des qualités intrinsèques d’un chef d’entreprise et si vous un jour, vous vous leviez un matin en vous disant "aujourd’hui, je vais créer mon entreprise", vérifiez si vous avez tous les atouts pour réussir dans votre projet. Voici donc la checklist succincte de ces atouts.

 

ADN d’un bon chef d’entreprise :

À l’instar d’un chef d’orchestre, le chef d’entreprise coordonne et dirige son groupe à chaque instant. Garant de la mélodie, responsable de l’harmonie, il impulse une dynamique commune qui force le respect et devient de fait le leader incontesté.

Prise de décision : avoir un fort sens du leadership est important. Les chefs d’entreprises doivent prouver quotidiennement qu’ils sont capables de prendre des décisions difficiles. Plus encore que vivre sous pression, il faut savoir la gérer et le démontrer à ses collaborateurs. Sur la durée, ce sont vos prises de décisions qui fixeront l’ordre du jour et établiront la marche à suivre. Ce rôle moteur est d’autant plus essentiel pour les entreprises qui comptent peu de collaborateurs.

Créativité : dans le monde professionnel, les visionnaires jouent un rôle clé. Penseurs novateurs, capables de voir au-delà de l’entreprise, ils trouvent des solutions lorsque d’autres faillissent à la tâche. L’intuition créatrice est primordiale pour établir les fondations d’une entreprise prospère – les grandes idées associées intelligemment à des mises en œuvre perspicaces constituent la formule gagnante.

Audace : vous devez aiguiser – avec précaution – votre goût du risque. Si vous jouez sans cesse la carte de la sécurité, vous risquez de passer à côté d’opportunités de croissance et de succès. Rappelez-vous néanmoins qu’il ne faut en aucun cas confondre audace et imprudence. En tant que chef d’entreprise, vous êtes attendus pour réfléchir et prendre des risques calculés – et non pour expérimenter vos dons de medium en herbe.

Motivation : si vous n’êtes pas motivé par votre projet, ne vous attendez pas à ce que vos collaborateurs le soient. Diriger une entreprise est une tâche difficile qui peut facilement vous affecter physiquement et moralement. Afin de vous en sortir dans ce parcours semé d’embûches, où la mauvaise surprise ne prévient que très rarement, vous devez impérativement garder votre énergie et rester concentré sur vos objectifs.

Débrouillardise : dans les affaires, comme dans la vie, rien ne se passe comme prévu. Nous l’avons déjà mentionné : les temps est une denrée rare pour les entrepreneurs. Vous devez vous adapter, penser vite, réagir dans l’instant afin de faire face aux imprévus qui surviennent sans crier gare. Bien entendu, personne n’a la science infuse, mais tel un couteau suisse 2.0, vous devez être prêt à sortir l’outil adéquat en fonction des différentes situations.

Honnêteté : soyez honnête avec vos clients, avec vos fournisseurs, vos employés, mais aussi – et surtout – avec vous-même. Ne vous aventurez pas à vous fixer des objectifs et des délais que vous savez d’ores et déjà irréalisables. Ne vous embêtez pas à vendre à vos clients et partenaires un produit que vous ne pouvez pas fournir. Il en va de votre crédibilité et de celle de vos collaborateurs. Par répercussion, c’est l’image votre entreprise dans sa globalité qui risque d’en prendre un sérieux coup. La meilleure façon de construire votre marque et votre plan marketing, est d’évaluer ce que votre entreprise peut réellement faire en un temps donné et de le réaliser de la meilleure façon possible.

Investissement : diriger n’est pas une mission que l’on remplit à moitié mais une aventure de tous les instants. Soyez prêt à avoir les nerfs bien solides et à consacrer du temps et des efforts pour maintenir le cap. Essayez d’optimiser votre emploi du temps d’une manière à ne pas interférer avec votre équilibre travail-vie privée – vous tuer à la tâche n’est pas une solution envisageable non-plus. Organisez un planning quotidien, hebdomadaire et mensuel de sorte à gérer votre temps de façon efficace. Si vous tenez à rester la locomotive de votre entreprise à long terme, il est essentiel de gérer vos ressources avec clairvoyance.

Sociabilité : pas besoin de devenir une personnalité lisse ou l’archétype du bon samaritain. Comme dit l’adage populaire : trop bon, trop – on vous laisse le soin de compléter. Néanmoins, pour diriger une entreprise avec succès, vous devez avoir un sens développé de la communication. Vous allez vous retrouver en contact avec des profils très variés de personnes et votre capacité d’adaptation sera votre meilleur atout.

Vision : les chefs d’entreprises ne jouissent pas du luxe de vivre pleinement l’instant présent. Vous devez sans cesse consacrer une partie de votre énergie et de vos pensées à la préparation et la planification de scénarios futurs. Tel un bon conducteur qui scrute à chaque instant la route; c’est ainsi que vous devez penser votre business model et toujours vous tenir prêt pour le prochain virage.

Flexibilité : un bon chef d’entreprise sait faire preuve de pragmatisme. Les plans originaux sont faits pour évoluer en fonction de la réalité de votre entreprise, de la concurrence et du marché de manière générale. Lors de vos échanges avec clients et partenaires potentiels, vous ne serez que plus apprécié si vous vous montrez capable d’agir avec souplesse plutôt qu’avec obstination.

Francis Tritsch

Nota : la plupart des éléments de cet article sont tirés d’un test de Wix blog "Avez-vous ce qu’il faut pour être un bon chef d’entreprise ?"

 

Guyane – Le PS local fait ses Etats généraux

Dans le cadre des Etats généraux qui se tiennent au niveau national jusqu'au 6 décembre, la section PS de l'île de Cayenne convie les partis politiques, les syndicats, les militants, les élus et la population à une soirée débat sur "les valeurs de la gauche ", le 4 novembre. "Ces états généraux ont pour objectif de redéfinir la carte d'identité du Parti socialiste", explique Léon Jean Baptiste EDOUARD, secrétaire de la section PS de l'île de Cayenne. Et de rappeler que "tous les guyanais peuvent apporter leur contribution".

Au niveau national, douze thématiques ont été retenues, le PS local a décidé de débattre de trois d'entre elles. "La première thématique concerne les démocrates, les républicains et les socialistes. Partagent-ils des valeurs communes ? Aujourd'hui de nombreux candidats se présentent aux élections sans étiquette", constate Alex WEIMERT, membre de la section locale. La seconde concerne les institutions. "Quelles collectivités seront-elles les plus à même de faire du progrès économique et envisager le partage des richesses ?", poursuit M WEIMERT. La troisième a trait aux échéances électorales. "Quel choix possible peut-on apporter ensemble, ou pas, à l'électorat ?". La soirée se déroulera à partir de 17h30 au Novotel. NM

 

 

Outre-mer – Ubifrance et Bpifrance s'allient pour développer l'exportation des produits ultramarins

Hier, lors du Salon de l'Industrie Agroalimentaire qui se tient à Paris cette semaine, la Ministre des Outre-mer, George PAU-LANGEVIN a signé un protocole d'accord avec Ubifrance, pour "briser le cercle vicieux" qui limite l'export des produits ultramarins. En cause, les difficultés liées aux contraintes logistiques "du fait de l'absence de compagnie maritime et aérienne régionale", ou encore le "manque de compétitivité des industries locales par rapport à ses concurrents régionaux".

La Ministre a donc souhaité "renforcer la collaboration entre son ministère, Ubifrance, l'AFD et Bpifrance [la Banque Publique d'Investissement, ndlr] pour mieux accompagner la croissance des entreprises ultramarines." Un partenariat avait déjà été établi en 2008 avec Ubifrance, renouvelé en 2010 et 2012, et aurait permis "à plus de 150 entreprises d'outre-mer de bénéficier d'un appui professionnel et financier dans leurs démarches de prospection à l'export".

En 2012, Ubifrance et l'Etat avaient réalisé "l'identification des filières et des secteurs porteurs à l'export" dans les DOM, et permis à "une quarantaine d'entreprises ultramarines (…) de vivre de véritables success stories" rapporte le Ministère dans son communiqué. "Cette dynamique pour encourager les exportations outre-mer ne doit pas s'arrêter en si bon chemin, mais doit être poursuivi au-delà de 2014" a déclaré la Ministre, qui compte poursuivre l'accompagnement des TPE-PME "sur les marchés exports identifiés comme potentiels".

Cette démarche – qui couvre la période 2014-2017 – doit permettre de "soutenir l'innovation locale, (…) et proposer des solutions logistiques en France hexagonale permettant groupage, stockage et réacheminement sur toute l'Europe" aux sociétés ultramarines. ES

 

 

Guyane – Inauguration du Vectopole Amazonien Emile Abonnenc

Lors de son passage en Guyane la semaine dernière, la Ministre de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, Najat VALLAUD-BELKACEM a inauguré en présence du préfet, du président de Région, du directeur du CSG et du nouveau directeur de l'Institut Pasteur, Mirdad KAZANJI, le nouveau Vectopole Amazonien. Cette structure de plus de 500m² a permis de "tripler la surface des anciens locaux de l'Unité d'Entomologie Médicale, et accueille de nouveaux équipements et des infrastructures à la pointe de la technologie" pour réaliser des recherches sur les risques sanitaires d'origine infectieuse en Amazonie.

 

Portant le nom du premier entomologiste de l'Institut Pasteur de la Guyane, Emile Abonnenc (voir l'article du 24 septembre à son sujet : http://goo.gl/6nanPv ), le bâtiment comporte plusieurs niveaux, dans lesquels se trouvent un laboratoire de biosécurité "de niveau 3", un insectarium, et un laboratoire de taxinomie et systématique (deux sciences de classification et de description des espèces). Le Vectopole a été financé sur le volet  "Renforcement de la plateforme scientifique" du programme STRonGer avec le soutien de l’Institut Pasteur, du Centre Spatial Guyanais, de la Région Guyane, du Rotary Club Rémire-Montjoly Guyane et d’EDF Guyane.

 

Pour mémoire, STRonGer est la dénomination d’un programme scientifique d’une durée de 3 ans, financé par la Commission Européenne à hauteur de 3,7 M d’euros, dont l’objectif est de renforcer les capacités de recherche médicale existantes en Guyane – tant du point de vue des ressources humaines qu’en termes de laboratoires de recherche - afin de mieux répondre aux risques sanitaires d’origine infectieuse encourus par la population guyanaise.

 

 

Guyane – Octobre Rose : un stand d'information et de prévention au CMCK

Ce mardi, les services social et santé publique, gynécologie maternité et radiologie du Centre médico-chirurgical de Kourou, en lien avec l’Association Guyanaise Dépistage Organisé des Cancers (AGDOC) se mobilisent pour le dépistage du cancer du sein dans le cadre d’Octobre rose. Ils proposeront aux femmes de se renseigner sur le sujet, et de réaliser un dépistage par mammographie. Au CMCK de 8h à 12h et de 14h à 18h !

 

 

Page 3 sur 613

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir le Kotidien dans votre boite mail.
Les petites annonces avec Cyphoma

Please update your Flash Player to view content.

Chroniques RDI de Thierry Maquaire

Open in new window

Mentions légales - Contactez-nous - 

© 2012 Tous droits réservés KREOLSI - www.lekotidien.fr  / info.kreolsi@gmail.com 0694.90.16.28